BIEN VIEILLIR
Les clichés sur les séniors et le vieillissement
Ce que l’on appelle communément l'« agisme » est une forme de discrimination à l’encontre d’une personne à cause de son âge. Ce phénomène, malheureusement trop répandu dans la société, peut se caractériser par des stéréotypes plus ou moins poussés.
Les séniors les plus cools du monde !

On n’en parle peu mais les personnes âgées sont très touchées par divers stéréotypes. Ce que l’on appelle communément l’« Agisme » est une forme de discrimination à l’encontre d’une personne à cause de son âge. Ce phénomène, malheureusement trop répandu dans notre société actuelle, peut se caractériser par des stéréotypes plus ou moins poussés.

A force de subir ces préjugés, les personnes concernées considèrent qu’ils sont avérés et qu’il s’agit de la réalité du vieillissement. Afin de prévenir cela et d’aider à changer notre regard sur les séniors, voici une liste de 5 clichés sur le vieillissement.

Cliché n°1 : la santé des personnes âgées ne va qu’en s’empirant

Dès que l’on évoque la vieillesse, on imagine directement quelqu’un avec des difficultés à se déplacer, aillant besoin d’aide pour accomplir diverses tâches etc. Hors, le vieillissement n’est pas synonyme de mauvaise santé.

La vérité est qu’une grande partie des personnes âgées reste en bonne santé malgré l’âge et reste capable d’accomplir une multitude de tâches de la vie quotidienne sans nécessiter une aide quelconque.

Certes, la vieillesse entraine un déclin des capacités fonctionnelles du corps, mais en adoptant un mode de vie sain et en pensant à faire de l’exercice adapté régulièrement (se déplacer, monter les escaliers.. : réaliser les efforts à faire au quotidien entre autres) il est possible d’améliorer sa santé peu importe son âge et ainsi de diminuer les risques de contracter certaines maladies. Selon un article du Parisien, pratiquer une activité physique réduit de 26 % le taux de mortalité. L’idée est d’arrêter de penser que l’on devient impuissant à un certain âge et que les efforts ne changeraient rien.

Au contraire, les facteurs entraînant un déclin considérable de la condition physique et principaux responsables de maladies chroniques sont principalement ceux sur lesquels on peut directement agir, comme le tabagisme, la consommation d’alcool, le manque d’activité physique, une mauvaise alimentation etc.

Cliché n°2 : les seniors sont technophobes

Le cliché aillant le plus la dent dure reste celui impliquant les seniors et les nouvelles technologies. En effet, être âgé ne veut pas dire être moins capable d’appréhender les changements technologiques. Au contraire, beaucoup de seniors suivent des formations afin de devenir plus familier avec ce domaine. Aujourd’hui, la génération de nos aînés compte parmi celles les plus connectées et cela leur permet pour certains de mieux vivre les vieux-jours.

Les personnes âgées qui ne connaissent pas les nouvelles technologies sont essentiellement celles de plus de 80 ans. Des recherches ont observé une augmentation de l’utilisation des nouvelles technologies par les personnes âgées, celles-ci devenant de plus en plus importantes pour elles.

Ces dernières années de plus en plus d’innovations destinées à mieux vivre la vieillesse voient le jour, des applications de suivi de santé ou encore des robots de compagnie.

De plus, les séniors les moins à l’aise avec les nouvelles technologies sont toujours heureuses de pouvoir profiter d’innovations qui répondent à leurs usages quotidiens. En effet, un service tel que le notre permet aux séniors de rester connectés avec leur famille en recevant des messages, des photos ou des appels visios directement depuis leur écran de télévision traditionnel. 

Cela reste surtout un problème générationnel. En effet, pour beaucoup d’entre elles, les nouvelles technologies sont apparues alors qu’ils avaient déjà un certain âge, ce qui signifie qu’ils n’ont pas forcément eu l’occasion de s’y confronter lorsqu’ils travaillaient toujours. Les séniors ne sont pas contre ces nouvelles technologies, ils y sont moins habituées tout simplement. Tout comme, de nos jours, les enfants restent dubitatifs devants certains objets technologiques maintenant disparus.

Cliché 3 : Tout le monde vieillit de la même manière

Effectivement, on ne vieillit pas tous de la même manière. En partant du principe que tous les êtres humains sont différents, on ne peut donc pas avoir le même rapport à la vieillesse d’une personne à une autre. Mais au-delà de ça, il faut savoir par exemple que le vieillessement des hommes et des femmes n’est pas le même. D’un point de vue biologique, les femmes, ont une espérance de vie plus longue que celle des hommes mais malgré cela, elles sont plus propice à souffir de certaines maladies liées à la vieillesse. Enfin, la façon de vieillir dépend également de la société. En effet en fonction des pays, le rapport à certaines capacités fonctionnelles n’est pas le même. Certaines tâches physiques peuvent être confiées aux femmes, d’autres aux hommes, ce qui leur permets de maintenir leur forme sans réellement s’en rendre compte.

Cliché n°4 : la vieillesse rend malheureux

Même si l’isolement des personnes âgées reste un problème majeur de nos société, la plupart d’entre elles arrivent à conserver une vie sociale plutôt riche. Notamment grâce à leur famille et à leurs amis, mais aussi à des établissement qui leurs propose diverses activités. Plusieurs études ont même prouvé que les seniors sont dans le groupe d’âge qui se considère le plus heureux.

Même s’il ne faut pas négliger certains problèmes de solitude ou de dépression chez certaines personnes âgées. La vieillesse n’est donc pas facteur de malheur, être heureux est plutôt quelque chose que l’on décide d’être ou non et l’âge n’a rien à voir là dedans.

seniors-actifs

Cliché n°5 : Les aînés ne sont plus actifs

On rattache souvent le fait de ne plus travailler au fait de ne plus rien faire du tout. Hors, les seniors sont pour la plupart beaucoup plus actifs qu’on ne le croit. En effet, le départ à la retraite signifie plus de temps pour se consacrer à ce qu’on n’a jamais eu le temps de faire auparavant. Beaucoup d’entres elles continuent même de travailler. Il est donc courant de voir des personnes âgées s’engager auprès d’associations ou proposer leurs services en fonctions de leurs savoirs-faire, comme le bricolage, la couture etc.

Au-delà du travail, de nombreux seniors profitent de cette opportunité pour apprendre une nouvelle langue voire même

reprendre leurs études, préférant continuer à apprendre et à se cultiver plutôt que ne plus rien faire. En France, l’initiative d’Université du Troisième âge a d’ailleurs été créée dans le but de permettre aux plus de 55 ans de poursuivre une formation.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager autour de vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *